Shergotty (Crédit photo : Martin Horejsi)

Shergotty

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

25 août 1865
Shergotty (Inde)
5000 g
160 millions d'années
Shergottite
(enrichie, mafique, diabasique)

Le 25 août 1865, à 9h00 du matin, après une série de détonations, une masse rocheuse venue du ciel s'écrase près d'une ville nommée Shergotty, en Inde. Une pierre unique de 5 kg est récupérée au sol, mais d'après certains textes, plusieurs fragments présentant une croûte de fusion auraient en fait été ramassés (un point qui n'a jamais été confirmé). Shergotty représente le spécimen type des shergottites, la classe la plus représentée des météorites martiennes.

D'un point de vue minéralogique et texturale, Shergotty est similaire aux diabases terrestres. La météorite est principalement composée de cristaux de pyroxènes gris vert (70 % en volume, principalement augite et pigeonite) et de baguettes de plagioclases (24 % en volume, transformées par endroit en maskelynite vitreuse). Ces deux minéraux sont noyés dans une matrice interstitielle renfermant de l'olivine (fayalite), des oxydes (magnétite, ilménite, baddeleyite), des phosphates (whitlockite, apatite, merrillite), des sulfures (pyrrhotite) et de la silice (certains grains ayant été identifiés comme étant de la stishovite). La texture de la roche est foliacée, à cause de l'alignement préférentiel des cristaux de pyroxènes et de maskelynite.

Les cristaux de pyroxènes renferment parfois en leur sein des inclusions vitreuses, qui correspondent à des petites gouttelettes de magma piégé lors de la cristallisation des pyroxènes. Ces inclusions contiennent à leur tour des traces de spinelles et d'amphiboles. Des bulles de gaz atmosphériques ont également été découvertes au sein des verres de fusion, mais étrangement, ces derniers possèdent une composition sensiblement différente de celle de l'atmosphère martienne.

Parmi les minéraux d'altération on trouve des argiles (illite), de la calcite et des phosphates de magnésium. Au sein de la météorite, des chercheurs ont identifié des structures microscopiques, qui rappellent fortement les soi-disant nanobactéries fossiles exhumées des entrailles de la météorite martienne ALH84001.

Au moment de son éjection de la surface martienne, Shergotty a été intensément choqué. Le choc (entre 60 et 80 GPa) a été tellement violent et a tellement déstructuré la roche qu'il empêche aujourd'hui les géologues de déterminer avec exactitude l'âge de la météorite. Ce point a donné lieu à d'âpres discussions, et les incohérences sont nombreuses parmi les analyses effectuées. L'âge le plus couramment admis dans la littérature scientifique avoisine les 160 millions d'années. Shergotty provient vraisemblablement d'une coulée de lave de 40 à 60 mètres d'épaisseur qui a refroidi assez rapidement après son épanchement en surface.

L'âge d'exposition a également été déterminé : Shergotty aurait été éjectée de la surface martienne il y a environ 2.6 millions d'années, en même temps que deux autres shergottites, Zagami et QUE 94201.

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 16 juin 2002.