NWA 998 (Crédit photo : Adam & Greg Hupe)

NWA 998

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

Septembre 2001
Sahara (Maroc ou Algérie)
456 g
?
Nakhlite
(clinopyroxénite)

Comme pratiquement toutes les météorites martiennes découvertes dans le Sahara, NWA 998 a été ramassée par des nomades, puis vendue à des collectionneurs de météorites. Dès septembre 2001, une rumeur courrait sur la découverte d'une pierre exceptionnelle au Maroc. Un groupe d'acheteurs pris cette rumeur au sérieux, ce qui se révéla payant : la fameuse pierre existait bel et bien, et ils l'acquirent lors d'une exposition en février 2002, pour une très forte somme. NWA 998 proviendrait du Sahara algérien ou marocain, sans que le lieu exact de sa découverte soit connu. Les nomades, incités à ramasser les roches noires ou magnétiques qu'ils peuvent rencontrer au cours de leurs pérégrinations par des chasseurs de météorites, restent effectivement souvent très discrets (soit parce qu'ils veulent protéger le lieu de récolte d'un éventuel pillage, soit parce qu'ils n'ont tout simplement pas pris la peine de noter l'endroit de la chute, ce qui empêche alors de retrouver d'éventuels fragments supplémentaires).

NWA 998 est un cumulat de pyroxènes, et elle a donc été classée parmi les Nakhlites. Friable et de couleur vert sombre, la roche présente des traces brun-orange d'altération, qui a probablement eu lieu sur Mars. La météorite est principalement constituée de cristaux d'olivine et de pyroxènes (clinopyroxènes et dans une moindre mesure orthopyroxènes), noyés dans une pâte interstitielle composée de plagioclases, d'oxydes (titanomagnétite, parfois en association symplectique avec les pyroxènes), de sulfures (pyrrhotite) et de phosphates (chlorapatite).

Des minéraux formés par une altération (martienne ?) ayant eu lieu en présence d'eau sont visibles autour de certains grains, ainsi que dans les fractures qui affectent certains cristaux de pyroxènes : feldspaths potassiques, serpentine, carbonates (calcite) et sulfate de calcium. Le long de ces fractures, on trouve également des inclusions vitreuses.

La nature martienne de NWA 998 a été confirmée par l'analyse des isotopes stables de l'oxygène. La date de sa formation, ainsi que son âge d'exposition restent à déterminer.

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 16 février 2002.