NWA 817 (Crédit photo : Bruno Fectay & Carine Bidaut)

NWA 817

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

Novembre 2000
Sahara (Maroc)
104 g
?
Nakhlite
(clinopyroxénite)

La météorite NWA 817 a été sortie des sables du Sahara marocain par deux chasseurs de météorites français, Bruno Fectay et Carine Bidaut, en décembre 2000. Elle aurait été découverte à l'intérieur d'un ancien enclos de nomades. La pierre, qui pèse seulement 104 grammes, présente une belle croûte de fusion noire. Sur le marché des météorites, NWA 817 atteint un prix faramineux, puisque le gramme se négocierait plus de 17 000 € ! NWA 817 est la première nakhlite trouvée dans un désert chaud.

D'un point de vue pétrographique, NWA 817 est une roche principalement constituée de clinopyroxènes, avec une texture très fine, qui rappelle un peu celle du sucre. Sa composition minéralogique est la suivante : 69 % de pyroxènes (augite) et 15 % d'olivine, les cristaux étant cimentés par une matrice qui intervient à hauteur de 15 % (une quantité sensiblement supérieure à celles des autres Nakhlites). Cette pâte intergranulaire est constituée de feldspaths, mais renferme également des gouttelettes de sulfures, des phosphates (chlorapatite), des pyroxènes, des traces d'olivine (fayalite), de la titanomagnétite et de la cristobalite. Le dernier % est constitué par des éléments vitreux.

NWA 817 présente des traces notables d'altération due à l'eau. On trouve en particulier de l'iddingsite bien cristallisée (contrairement aux autres Nakhlites, où ce minéral rougeâtre est présent à la fois sous la forme cristallisée et amorphe). Cette altération, bien plus importante que pour les autres Nakhlites, a non seulement eu lieu sur Mars - les indicateurs d'une altération terrestre étant effectivement très discrets -, mais elle aurait de surcroît pris place dans les profondeurs de la planète. Les analyses ont effectivement montré que la signature isotopique de l'hydrogène est bien différente de celle de l'atmosphère martienne. L'eau proviendrait donc non pas de la surface martienne, mais d'un autre réservoir, probablement le manteau. Cela démontrerait que le manteau martien n'a pas subi un dégazage total et qu'il a conservé une partie de son eau primitive. Ces résultats sont cependant controversés : la signature isotopique de l'eau contenue dans NWA 817 a effectivement la malchance d'être très proche de celle de l'eau terrestre, et l'on ne peut donc pas en toute logique rejeter une éventuelle contamination de la roche.

L'analyse des isotopes de l'oxygène montre clairement que NWA 817 possède une origine martienne. Sa composition chimique lui a valu d'être classée parmi les Nakhlites. L'age d'exposition aux rayons cosmiques a été estimé à 9,7 millions d'années, une valeur similaire à celles des autres Nakhlites.

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 6 avril 2003.