NWA 1195 (Crédit photo : Adam & Greg Hupe)

NWA 1195

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

Mars 2002
Sahara (Maroc)
315 g
?
Shergottite
(appauvrie, permafique, à olivine et orthopyroxène)

NWA 1195 (NWA signifiant North West Africa) a été récupérée dans un lot de météorites provenant de nomades par un marchand marocain formé à l'identification de pierres inhabituelles. En temps normal, seules les roches magnétiques et recouvertes d'une croûte de fusion sont remarquées. Les autres, à cause d'une ressemblance très forte avec de banales roches terrestres, sont généralement négligées. Ce ne fut heureusement pas le cas de NWA 1195, qui, malgré son aspect peu engageant, fut suspectée d'être une roche extraterrestre par le marchand marocain. La petite roche de 50 grammes fut donc envoyée aux Etats-Unis au mois de mars 2002 pour analyse. Coup de chance supplémentaire, l'endroit de la découverte (la région de Safsaf au Maroc) avait été documenté par les nomades responsables de sa découverte, ce qui permis de retrouver un autre fragment de 265 grammes à 15 mètres du lieu où la pierre avait été dénichée. Les chasseurs eurent même la bonne surprise de découvrir que les deux fragments s'emboîtaient parfaitement l'un dans l'autre, pour ne former qu'une seule et même roche !

D'un point de vue pétrographique, NWA 1195 est un basalte, et la météorite a donc été classée parmi les shergottites basaltiques. La pierre est constituée de mégacristaux d'olivine (jusqu'à 4 millimètres) noyés dans une matrice à grains fins composée de pyroxènes (pigeonite) et de plagioclases transformés en maskelynite. D'autres minéraux accessoires sont également présents : phosphates (merrillite), oxydes de fer (chromite, ilménite) et sulfures (pyrrhotite).

La richesse en olivine de NWA 1195 est inhabituelle, ce qui la place vraisemblablement dans un sous-groupe intermédiaire entre les shergottites basaltiques et les shergottites lherzolitiques qui comprend également les séries Dar al Gani (DaG) et Sayh al Uhaymir (SaU), ainsi que la série apparentée à la météorite NWA 1068, la météorite Dhofar 019 et enfin les météorites NWA2046 et NWA2626. L'origine des gros cristaux d'olivine a donné lieu à une controverse. Certains géologues estiment qu'ils se sont formés à partir du magma qui a donné naissance à la roche (phénocristaux). D'autres pensent que ces cristaux ont cristallisé à partir d'une autre source, et qu'ils ont ensuite été intégrés à la roche (xénocristaux). Dans le cas de NWA 1195, la plupart de l'olivine est bien cristallisée, ce qui fait pencher la balance du côté de la première hypothèse.

Le fragment de 50 grammes présente un fin anneau marron d'altération particulièrement bien visible. Des dépôts de calcite sont visibles autour de certains grains, et le long des fractures. Des traces d'un minéral riche en fer (chlorite ?) indiquerait une altération (peut-être martienne) en présence d'eau.

La nature martienne de NWA 1195 a été confirmée par l'analyse des isotopes stables de l'oxygène.

L'analyse de la teneur en terres rares (REE) indique que la météorite a cristallisée à partir d'une source magmatique très appauvrie, ce qui fait de NWA 1195 l'une des météorites martiennes les plus primitives.

L'âge de la roche, tout comme l'âge d'exposition, n'ont pas encore été déterminés. Comme toutes les shergottites, NWA 1195 devrait être relativement jeune (quelques centaines de millions d'années tout au plus).

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 16 février 2003.