Lafayette (Crédit photo : Chip Clark)

Lafayette

chute observée trouvaille

Date :
Lieu :
Poids :
Age :
Type :

1931
Lafayette (Etats-Unis)
800 g
1,3 milliards d'années
Nakhlite
(clinopyroxénite)

En 1931, un géologue découvre dans les collections géologiques de l'université de Purdue aux Etats-Unis (Lafayette, Indiana) une pierre unique de 800 grammes, qui sera identifiée comme une météorite martienne. La provenance exacte de Lafayette est inconnue, et cette dernière a du dormir incognito dans un tiroir pendant un certain nombre d'années, avant d'être reconnue à sa juste valeur.

Lafayette exhibe une élégante forme de cône, qui provient apparemment de son orientation lors de la traversée de l'atmosphère terrestre. Sa surface, couverte par une belle croûte de fusion, exhibe de fines lignes noirâtres, traces laissées par des gouttelettes de matériau en fusion nées au sommet du cône, et qui ont ensuite ruisselé sur les côtés. La météorite est très similaire à celle de Nakhla, à tel point que certains géologues estiment qu'il s'agit d'une seule et même roche (même si les fines lignes d'ablation n'ont jamais été reportées sur les fragments de Nakhla).

D'un point de vue pétrographique, Lafayette est un cumulat principalement constitué de clinopyroxénes (augite) accompagnés de grains d'olivine, et elle a donc été classée parmi les Nakhlites. Les cristaux sont noyés dans une matrice interstitielle composée de plagioclases, d'orthopyroxénes et de clinopyroxénes (pigeonite), de feldspaths potassiques, d'oxyde (titanomagnétite, ilménite), de sulfures (pyrite, troilite, chalcopyrite, marcasite), de phosphates (chlorapatite), de carbonates (sidérite), de silicates (iddingsite) et de verres. D'un point de vue textural, la taille moyen des grains minéraux est inférieure à celles des autres nakhlites.

La météorite est fortement altérée, bien plus que les autres pierres martiennes. Un examen détaillé montre un matériel rouge-orange à noir remplissant les fissures et recouvrant des grains minéraux (iddingsite principalement). L'olivine est le minéral qui a subi l'altération la plus importante. Comme pour Nakhla, cette dernière a apparemment eu lieu sur Mars en milieu salin, peut-être au sein d'un ancien océan.

De toutes les météorites martiennes, Lafayette est également celle qui contient la plus grande quantité d'eau. Chimiquement liée à certains minéraux, celle-ci a pu être libéré par chauffage progressif. Elle est enrichie en deutérium.

Lafayette est âgée de 1,3 milliards d'années. Après son éjection de la surface martienne, elle a erré 10 millions d'années dans le système solaire (age d'exposition), pour finir par échouer sur Terre il y a environ 9000 ans. Ces ages sont en tout point identiques à ceux qui caractérisent la météorite de Nakhla.

Labrot © 1997-2017. Dernière mise à jour : 28 avril 2002.