Une triple sphérule

Meridiani Planum sous les eaux ? (suite)

Autre indice, les petites sphérules de quelques millimètres de diamètre inclues dans les roches, et qui tombent au sol comme des fruits murs avec l'érosion, seraient d'après la NASA des concrétions, c'est à dire des dépôts concentriques de minéraux formés autour d'une petite particule ayant servi de centre de nucléation (c'est à dire point de départ pour la précipitation). Si l'intérieur des sphères (certaines ayant été coupées en deux par la meule du bras robotique) ne montre aucune des laminations que l'on serait en droit d'attendre de la part de concrétions, plusieurs observations sont particulièrement intrigantes ...

Les petites billes grossissent apparemment de manière sphérique en remplissant les pores, jusqu'à ce qu'elles soient bloquées par des grains minéraux. De plus, elles ne déforment pas les couches dans lesquelles elles sont incluses, ce qui devrait être le cas si elles étaient tombées du ciel. Les géologues ont également observé des sphérules ayant fusionné entre elles (image ci-contre). La façon dont les sphérules se sont interpénétrées semblent caractéristiques des concrétions, les projections de roches en fusion émises par des volcans ou lors d'un impact météoritique donnant naissance à des structures bien différentes.

Enfin, la distribution des sphérules est aléatoire au sein de l'affleurement, alors qu'elles devraient former des lits si elles avaient été crachées par un volcan à un moment donné. Leur richesse en hématite viendrait également conforter l'hypothèse d'une formation en présence d'eau.

Go !En savoir plus : Spirit et Opportunity

Crédit photo : © NASA/JPL/Cornell/USGS

Labrot © 1997-2018.

index

Précédent

Suivant